Ace Ventura Pet Detective

Promis après je fais une pause. J’ai un super article en réserve sur la survie au travail après un peu trop d’alcool. Encore un Jim Carrey, mais pas n’importe lequel.

1994 fut une année prolifique pour Jim Carrey. Après la sortie du Mask, il enchaîne avec la production d’une comédie centrée sur le monde animalier. Ce n’est pas très finaud, c’est même parfois grossier, mais ça fonctionne. En plus, on retrouve Courteney Cox (Monica dans Friends pour les incultes) et même un joueur de football américain des années 90, Dan Marino. Tout cela entre deux péripéties de l’homme caoutchouc.

J’insisterai peu sur l’histoire qui est fondamentalement consternante. Un détective doit résoudre une enquête, il la résout, avec un twist final aussi léger qu’une Forêt Noire avec supplément chantilly, et bien évidemment, il se tape la jolie fille. Cliché vu, revu et parfois un peu indigeste.

Néanmoins, l’idée d’introduire un détective pour animaux, bien que totalement barrée, est jouissive. Surtout que Jim Carrey en rajoute énormément pour faire vivre ce personnage et lui donner tout son sel. Ace est dragueur, exubérant, souffrant d’un léger complexe de confiance en soi, et surtout toujours décalé dans ses réactions. L’homme caoutchouc parvient à donner vie à ce personnage informe et tient par la même tout le film sur les épaules.

Ace Ventura reste un film principalement destiné aux dimanches familiaux. Juste ce qu’il faut d’allusions grivoises, des grimaces qui pourraient dérider tous les enfants, une intrigue qui tient en trois lignes. Le format est là. Mais cela restera un bon divertissement ou un film à revoir entre potes pour ces trucculentes scènes baroques de course poursuite et d’amour des animaux.

Un défaut tout de même qui m’a ennuyé. Poussant parfois la caricature au-delà du raisonnable, Jim Carrey donne un côté un peu antipathique à son personnage. Comme ses « Loosers » à répétition et ses grimaces de parade après les résolutions de mini mystères. Ces moments auraient pu être mieux exploiter pour donner un fond de vraisemblance à un détective pour animaux de compagnie.

“If I’m not back in five minutes… just wait longer.”

Fiche Technique :

Sortie février 1994 aux US, mars 1995 en France

Avec Jim Carrey, Sean Young & Courteney Cox

Réalisé par Tom Shadyac

Lien amazon

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Cinema, Comédie Américaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s