Strong Moutarde au nez

Un Hamburger qui fait parler

Le prix de la polémique nauséabonde de la semaine revient sans conteste au Quick Halal et la déferlante de commentaires tous plus borderlines les uns que les autres. A croire que le débat sur l’identité nationale n’est pas totalement terminé, et que certains le continuerait bien jusqu’aux élections régionales.

L’histoire commence voilà quelques mois quand un responsable marketing de Quick se dit que sa clientèle n’est pas totalement satisfaite par le produit vendu. En bon entrepreneur, il prend les choses en main et réfléchit au problème (et il a raison). Une partie de sa clientèle est effectivement de confession musulmane, et elle préfère des plats conformes au rite musulman, des plats halal.

Dans les faits, les similitudes sont grandes avec le rite juif. L’abattage de la bête doit être contrôlé (en particulier, elle est égorgée vivante, assommée si on veut,  mais vivante) et on vérifie mieux certaines parties lors de la déclaration halal (mais pas autant qu’à l’inspection sanitaire rassurez vous). Ensuite, on respecte certaines règles élémentaires pour la cuisine du style ne pas entrer en contact avec du porc ou des ustensiles ayant touché du porc. Moi j’aime pas spécialement les tomates fraîches et bien j’aime pas qu’on en foute partout, pareil pour les musulmans et le bacon. Jusque là rien de choquant.

Avec ce nouveau produit, sans trop de marketing (le bouche à oreille est nettement moins cher et plus efficace), les Quick de certaines villes ont vu leur affluence exploser. En effet, avant pour un musulman qui veut un déjeuner rapide mais un peu nourrissant, le seul endroit certifié Halal c’était les vendeurs de kebab. Maintenant, il peut s’empiffrer de hamburgers, mais garder sa foi, il est content. Je suis content pour lui également. Quick, pendant ce temps, se fait un beau paquet d’argent. L’adéquation produit clientèle est quand même une règle de base du commerce.

Video Kebab

Jusque là cette histoire est d’un banal confondant. Une bonne idée, une clientèle intéressée, des points de vente ciblées. Les respos marketing de Quick nous ont donné là une belle leçon de business, que certains feraient mieux de méditer.

Mais alors que des restaurants Casher et Halal existent depuis des années à Paris (c’est là où je vis je ne connais pas la situation partout, mais des kebabs halal ça se trouve normalement) sans que cela n’ait jamais choqué personne, d’un coup, puisque Quick c’est une grande chaîne, et que les régionales approchent, le maire de Roubaix sort de ses gonds. Non mais, c’est pas possible, où je vais trouver un Strong Bacon de qualité, avant en France, quand je voulais un Strong Bacon j’en trouvais partout. C’est donc de la discrimination.

Et tous ses camarades politiques de reprendre en cœur la grande chanson de l’islamisation et de la non religion dans la vie de tous les jours. « L’impôt islamique » de Marine Le Pen, l’islamisation chez les députés UMP et les grands la tolérance c’est bien mais tout Halal ça fait un peu trop.

On voit que cette polémique est nauséabonde comme il faut.

  1. Pourquoi maintenant ? Depuis des années, j’ai fait le tour des Kebab Halal, auxquels on n’a jamais rien demandé, et qui ont pourtant une clientèle cumulée plus qu’honorable en zone urbaine. Ils ne sont ni religieux ni prosélyte. Ils connaissent leurs clients, c’est tout.
  2. Pourquoi Quick ? KFC le fait depuis des années (oui, il y a des doutes, mais l’initiative était là) plus discrètement certes, mais quand même. Et quand je prends un couscous à la brasserie du coin, en tant que bon chrétien, je ne demande pas si la viande est halal. Elle l’est sûrement, je m’en fiche.
  3. Pourquoi le bacon ? L’argument d choix est ridicule. Surtout pour avoir quoi ? Un Strong Bacon. Il est même pas terrible ce sandwich. C’est vraiment une image à donner à nos enfants que de se battre pour avoir des trucs gras à bouffer. Si Quick s’était mis au Bio ou au Végétarien, on n’aurait pas eu de soucis.
  4. Pourquoi la religion ? Un paquet de traditions culinaires sont dérivées de la religion en France. Et même certaines ont été totalement acceptées par les communautés religieuses diverses. Le poisson le vendredi dans les écoles ne dérange personne. Certains plats traditionnels comme la galette des rois sont acceptés par tout le monde. Et s’ils en veulent pas, ils en prennent pas, tout le monde est content.

Quand on vient à se poser des questions pour un fast food, qui, je le rappelle au temps de José Bové, était la marque de l’impérialisme américain, on se demande de qui on se moque.

Pendant ce temps je retourne à mes macarons Ladurée, certifiés très bons.

Miam !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans coup de gueule

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s