Battlestar Galactica

Un Logo de qualité

Contrairement à une croyance populaire, je ne suis pas calé en science-fiction. Evidemment j’ai certaines bases, j’ai lu Asimov, Bradbury et Dick. Mais j’ai toujours eu un peu de mal à accrocher sur la durée aux univers de science-fiction. Toujours en train de questionner les tenants et aboutissants de ces mondes artificiels. Et toujours surpris de voir, souvent à gros traits, dépeints certains travers de la société contemporaine.

Pourtant, il y a une semaine, sur un coup de tête, j’ai décidé de regarder une série qui vient de s’achever : Battlestar Galactica (version 2004 pour les puristes). Je viens de finir la saison 1. Et force est de constater que j’aime.

Bien évidemment plein de défauts (j’y reviens juste après) mais un univers qui pose des questions importantes sur les relations humaines, le pouvoir et les croyances. Sans compter un casting de qualité ainsi qu’un personnage magique (que je nommerai par la suite).

Une série qui aime les photos de famille

Rapide briefing. Battlestar Galactica est une grosse franchise qui débute à la fin des années 70 avec une série télé, un peu oubliée depuis. Plusieurs tentatives de films et de relances ont suivi avec des succès mitigés. Puis en 2003, David Eick et Ronald D. Moore reprennent la main et signent quatre saisons d’une nouvelle mouture qui connaît un certain succès. Mini séries en guise de pilote, quatre saisons complètes, un téléfilm et un spin-off en 2010.

La trame de Battlestar est tout à la fois large et facilement exploitable. Les Cylons, puissants robots crées par les humains, règnent en maître sur l’univers. Ils ont détruit et ravagé les colonies humaines. A bord de lerus derniers vaisseaux, dont l’impressionnant Galactica, une poignée d’humains tentent de survivre en allant à la recherche d’une mythique planète : la Terre.

Sale gueule le Cylon tout de même...

Tout est là pour vous donner un spectacle de qualité. Relations de pouvoir entre le politique qui cherche à donner espoir et restaurer la vie passée et le militaire tendu vers un objectif et la survie des passagers. Différences de croyances entre des robots intelligents qui semblent se confier à une déité unique et des humains cherchant le salut dans un panthéon. Et bien évidemment les relations de traîtrise. Qui est un Cylon ? Qui travaille pour eux ? Chaque action est-elle vraiment dirigée vers le bien commun ?

Rajoutez à cela une bonne dose de romance et un peu d’humour. Vous avez le soap galactique parfait. Et je dois avouer que la première saison ne m’a absolument pas déçu. Une réalisation un peu lente par moments, mais des scènes spatiales travaillées et graphiquement appréciables.

Et surtout, le personnage génialissime du docteur Baltar. Dont on apprend dès le premier épisode que son rôle avec les Cylons est loin d’être clair. Dans sa folie et son jeu, il donne une brillante image du chercheur dérangé. Baltar, déjà une idole. Merci James Callis.

Famous Dr Baltar

J’attends avec impatience de débuter la saison 2.

« Attention on deck ! »

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Battlestar Galactica, Series TV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s