Si vous non plus, vous ne comprenez pas

Puzzling !

Petit billet politique ce jeudi. Bientôt la chronique du dernier épisode de Lost, mais j’ai pris du retard. Et teasing…Bastille.

Si vous êtes, comme moi, concitoyen français, je ne vous apprendrais pas que vous êtes appelés aux urnes ce dimanche. La campagne a démarré très (très) lentement il y a quelques semaines. Et depuis quelques jours, on sent le sprint final vers un premier tour loin d’être passionnant. En même temps, mon hypothèse me semble fausse. Ces élections sont à n’y rien comprendre.

Un processus compliqué.

Premièrement le déroulement des élections régionales est loin d’être simple. L’élection de référence en France est (pour longtemps encore) la présidentielle. Facile. Vote au suffrage universel à deux tours. Le gagnant est président. Tout le monde comprend.

Les élections régionales, c’est une autre paire de manche. Deux tours. Mais des barres de maintien et de fusion pour passer de premier au second tour. Une prime majoritaire (qui n’assure même pas la majorité dans tous les cas possibles). Un scrutin par liste, avec des sections par départements. Tout le monde ne comprend rien.

Rapidement. Au premier tour, on vote. Chaque liste (qui existe au niveau régional) atteint un score. Au delà de 10%, vous avez le droit d’aller au second tour directement. Au delà de 5%, vous avez le droit de « fusionner ». Ce mot magique. Fusionner, cela veut dire que vous pouvez négocier avec une liste qui s’est maintenue pour ajouter (et changer l’ordre) des candidats sur la liste. La liste A a fait 15%. La liste B a fait 6%. Le candidat B1 (premier de la liste B) dit à la liste  A, je viens sur votre liste (en position 5 par exemple) et je dis à mes électeurs de voter pour nous.

C’est déjà terriblement compliqué et ce n’est que le premier tour. Après avoir fusionné, les listes s’affrontent pour un second tour (où logiquement, ils sont moins qu’au précédent). Il s’agit maintenant de répartir les sièges à pourvoir (exemple : il y a 209 sièges en Ile-De-France). Les sièges sont répartis proportionnellement avec une « prime majoritaire ». Kézaco la « prime majoritaire » ? Vous avez raison, on ne sait pas trop. Officiellement, la prime sert à assurer une majorité stable. La liste gagnante reçoit d’office 25% des sièges à distribuer. Le reste est distribué de façon strictement proportionnelle au résultat des listes, i.e. le gagnant reçoit 25% des sièges ET la proportion de sièges qui lui revient sur les 75% restant. S’il a fait un score honorable (plus de 40%), il est donc sur de diriger seul.

Ouf.

Des compétences étranges

En plus d’avoir un système électoral qui fait passer la théorie des cordes pour un programme éducatif de CM2, les élections régionales ont un intérêt plus que vague.

Les régions ont des tas de compétences (aménagement du territoire, santé, éducation,…) mais la plupart sont soit obligatoires (il faut construire des lycées mais les règles de construction sont décidées à l’échelon national) ou très floues (le maintien des hôpitaux dépend également de la mairie et du ministère de la Santé entre autres).

Principalement, on peut leur reconnaître cinq principales activités :

  • Aménagement du territoire (e.g. construire des routes, transports)
  • Développement économique (e.g. subventions aux entreprises)
  • Education, formation professionnelle (e.g. construction de lycées)
  • Culture (e.g. subventions à des lieux artistiques)
  • Santé (e.g. construction et entretien du service hospitalier)

Dans ces activités, la plupart sont floues et ne dépendent qu’indirectement de la région (souvent elle paie mas ne décide pas vraiment).

A Paris (et en Ile de France) les principales compétences portent donc sur les transports, les logements et les subventions artistiques (qui sont les trois points que l’on retrouve dans tous les programmes, d’où une certaine cohérence).

J'ai décidé de perdre mon lecteur

En même temps, on comprend rapidement que ces compétences mal réparties et expliquées vont perdre les électeurs dès le début. Pourquoi on vote déjà

Une campagne catastrophique

Je me limiterai maintenant au cas de l’Ile-de-France. Natif de la région, y ayant toujours été domicilié, je connais un peu mieux que les autres régions. Les programmes se sont affrontés principalement sur deux points :

  • Les transports
  • Les logements

Pour les transports, il s’agit surtout de savoir comment vont être redécoupées les actuelles zones de la RATP et quels sont les objectifs de long terme pour le réseau. On a néanmoins appris que :

  • Chantal Jouanno a demandé l’automatisation de la ligne 14 qui a toujours été automatique
  • Jean-Paul Huchon ne sait pas le prix d’un ticket (ou d’un carnet d’ailleurs) de métro. Il est quand même à la tête du Stif depuis 3 ans
  • Alain Dolium veut que les Franciliens travaillent à une 30 minutes de leur domicile. Le temps de trajet moyen actuel est 1h30. Bonne chance.
  • Le NPA veut une zone unique avec baisse du prix (50 € pour tous) mais sans budget
  • Les Verts veulent une zone unique un peu plus chère (65 € pour tous) mais avec 500 millions d’emprunt avant.
  • Le FN et Debout la République trouve que la RATP ne marche pas et qu’on devrait prendre sa voiture

Autant dire que le débat fut passionnant et très encourageant pour l’avenir.

Maintenant concernant les logements. Nous avons eu droit à de belles propositions sur la rénovation et la construction de nouveaux logements. Mais personne n’a vraiment compris de quel type de logement il s’agit (publics/privés) et qui les finançait (les particuliers /l’Etat). Pour rappel, la loi sur le logement social a 10 ans et n’est pas vraiment appliquée. Les vagues de constructions immobilières de particuliers ont pour la plupart été financées par des crédits d’impôts (au niveau national seulement).

Quand on sait qu’en plus les budgets sont à terme mis en défaut par la disparition de la Taxe Professionnelle, on se demande bien ce qu’il va se passer dimanche.

Je retourne donc prendre mon métro avec ses voyageurs malades, pour rejoindre mon petit appartement avec un loyer de relocation trop élevé en me disant que la région c’est fantastique. A dimanche !

PS : Vous constaterez que, consterné, j’en ai profité pour mettre des gifs ridicules

PPS : Je rajouterai certains liens après. Manque de temps aujourd’hui

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans coup de gueule, ma vie, Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s