Blood Freak

Un nanar, un vrai, ce n’est pas si évident que cela. Mauvais qualité d’image, doublage désynchronisé, manque total de cohérence, scénario incompréhensible. Blood Freak, c’est un bon vrai nanar.

Et autant l’avouer tout de suite, c’est du très lourd. La première étape est de trouver plusieurs camarades de bagne. En effet, un vrai nanar se déguste en groupe et/ou avec une quantité substantielle de produits illicites. Deuxième étape, trouver le film. Difficile à se procurer en DVD (chez Something Weird), trouvable en qualité VHS en fouillant un peu. Certains bouts peuvent manquer mais ne vous inquiétez surtout pas, cela n’affecte aucunement la cohérence finale. Troisième étape, savourez une heure vingt de grand n’importe quoi.

Mais de quoi il parle ?

Le choix de Blood Freak vient de son bon classement sur Nanarland. Heureusement, si cela venait du scénario, un tour chez les blouses blanches s’imposait. Tentative rapide d’expliquer un peu ce qu’il se passe.

Alors, voilà, je vais vous dire

Richard – oui en Français on perd la référence à Herschell, réalisateur de nanars – est un motard. Il croise une jeune fille un peu dévote sur l’autoroute et l’aide pour un problème mécanique. Ils se rendent ensemble à une soirée hippie avec force drogue. Richard refuse poliment les drogues proposées. Il se voit proposer par le père de sa nouvelle copine un logement et un travail dans une ferme de dindes (oui de dindes). D’un côté, la sœur de sa nouvelle copine, moins dévote et amatrice de joints, le dragouille allégrement et parvient à lui faire prendre de la drogue. Il devient accroc au bout d’une heure et cela l’énerve un peu. De l’autre côté, il est vite embauché par les scientifiques de la ferme pour être cobaye et manger du dindon. Et là, le drame (non, non, le drame n’a toujours pas eu lieu) il se transforme en dindon meurtrier assoiffé du sang des toxicomanes en ville. En tant que vétéran du Vietnam, il avait déjà prix des drogues et ses vieilles blessures se sont rouvertes. L’homme-dindon, vous avez bien entendu. Je laisse la fin du film qui est encore plus nanarde que le début, comme quoi c’est possible.

Et ça parle aussi de dinde

Si vous êtes perdu, c’est bon signe. C’est d’ailleurs pour cela qu’au début du film, le réalisateur nous présente un peu l’histoire en nous parlant de catholiques à tout bout de champ. Et tout de suite tout s’éclaire, ou pas.

Doublage, vous avez dit doublage.

Le film s’apprécie vraiment dans sa version française. A tous les amateurs de la langue de Shakespeare, vous ne perdrez rien des dialogues, j’oserai même prétendre que vous y gagnerez. Un nanar de cette trempe se doit de proposer de vrais doublages, au niveau du film. C’est le cas. Je dois dire que plusieurs fois durant le film, j’ai cru qu’il s’agissait d’un faux doublage tellement c’était parodique.

"Dis moi, tu m'aimes ?" "Oui"

Jamais synchronisé, toujours monocorde (et vous pensiez que seuls les acteurs jouait mal), a priori mal traduits et souvent sans aucun sens, les doublages sont un pur bonheur. La bande son du film est déjà un chef d’œuvre en soi.

Ma réplique culte :

« Ecoute petit, on est avec toi ! Si tu nous aides, nous on t’aide aussi. »

Sur un ton lent, monocorde et sans aucun rapport avec le film. Parfait, juste parfait.

"Et je lui fais pouet pouet camion" "Une autre, une autre"

Bien évidemment

Tout ce qui tient à la réalisation est foireux. La caméra n’est jamais droite et les plans sont extrêmement mal fichus. Les acteurs jouent très mal. Et la plupart des montages n’ont ni queue ni tête.

Mais tout ceci n’a aucune importance. Car le n’importe quoi n’a aucune limite. Ce film rentre déjà comme un de mes préférés et pour longtemps je pense.

PS: Je n’ai pas trouvé la bande annonce française en ligne. Mais je vous conseille encore et toujours la VF !

Publicités

1 commentaire

Classé dans Cinema

Une réponse à “Blood Freak

  1. isidor

    un classique ! Mais qui n’a pas encore vu ce film qui tourne chez tous les amateurs de nanars depuis…. hmmmm 15 ans au bas mot ?

    Pitié, arrêtez donc de consulter nanarland, le site sur les nanars, fait par des gens sans humours, qui n’y connaissent décidément que dalle sur le sujet qu’ils tentent ( laborieusement ) de traiter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s